L’image qu’une personne renvoie d’elle-même a longtemps contribué à la structuration et au fonctionnement des systèmes sociaux. Nous sommes en constante représentation de nous et l’un des facteurs clés pour parvenir à mieux la façonner, est l’habillement. Nos vêtements font de nous qui nous sommes, du moins, ils permettent à la personne en face, de se forger une impression première de notre personne. Il faut donc pouvoir la polir au mieux. Pour ce faire l’un des éléments mis à contribution est la chemise ; une chemise qui se doit d’être propre, bien repasser et pour ainsi dire seyante. S’il est aujourd’hui commun de confier son linge au pressing, ou de faire usage d’un service d’entretien à domicile prenant en charge le repassage, il n’en demeure pas moins que le traditionnel repassage au fer à repasser classique, reste de mise. Sa pratique peut sembler hors de portée, lorsqu’on observe un alter égo s’y atteler. Mais les quelques astuces qui suivent, permettront de parvenir à la chemise sans plis, dûment repassée, le tout à domicile et sans aucune contrainte majeure. 

Astuces pré-repassage 

L’une des fonctions premières du repassage est de faire disparaître les plis. Il serait donc redondant de faire sa lessive sans prendre des précautions pour éviter de froisser la chemise. Pour ce faire, il ne faudrait pas mettre une grande quantité de linge à la fois dans la machine. Après le passage au lave-linge, la chemise sera accrochée à une corde ou alors à un cintre. Ces gestes permettent de réduire le froissement du vêtement et donc de faciliter le repassage. Si l’habit a été séché avec un sèche-linge, il est recommandé de le secouer à plusieurs reprises. 

Il convient ensuite d’apprêter la chemise et le matériel.

  • Pour la chemise il faut : 
    • déboutonner entièrement la chemise ;
    • vérifier la nature de la matière ou des matières qui la composent. Si la chemise est conçue à base de nylon, d’acétate ou d’acrylique, le fer doit être régler à une température de 110°C ; si elle est en laine, le fer sera à 150° C et enfin si elle est en coton ou lin, le fera sera à 200° C ; 
    • humecter la chemise avec une solution d’amidon. Elle permet de l’empeser et de lui conférer un peu plus de raideur une fois le repassage achevé. Même si cette humidification est possible pour diverses sortes de chemise, d’avis général, elle est plus adéquate pour les chemises fines ou celles ayant pris un coup de vieux. 

NB : la matière et la température de repassage sont précisées sur l’étiquette à l’intérieur de certaines chemises.

  • Pour le matériel : 
    • la table à repasser, en coton ou en mousse, doit être propre ; de préférence sa taille et sa hauteur seront adaptées respectivement à la taille de la chemise et à celle de l’utilisateur ; 
    • la semelle du fer doit être dépourvue de toute tâche ; il devra aussi être à moitié rempli d’eau minérale ou distillée ; le préchauffer à la température adéquate ferait gagner du temps ;
    • préparer le lieu de dépôt ou d’accrochage de la chemise repassée. 

Méthodologie d’un repassage impeccable

Le repassage proprement dit peut ainsi commencer. 

  1. Le col de la chemise doit être posé sur la table en prenant soin que seule la partie intérieure soit exposée au fer. Repasser des pointes vers le centre jusqu’à lissage complet, et recommencer la procédure avec la face extérieure (c’est-à-dire celle visible). Rabattre le col et donner un coup de fer pour affirmer la forme finale du col. 
  2. Positionner les épaules sur le bout fuselé de la table pour l’aplatir. Passer ensuite le fer pour faire disparaître le froissement et redéfinir les plis de couture. Le bout du fer permettra d’atteindre les parties sur les côtés. Il est aussi possible de joindre les coutures des épaules en parallèles, de lisser la face avant et ensuite celle arrière avec le fer ; pour cette deuxième option, il faut prendre la précaution de bien lisser les coutures en respectant le sens de la couture. 
  3. Pour les chemises dotées de manchettes, il est préconisé de les repasser après les épaules en respectant la même procédure que celle du col (intérieur et extérieur, des pointes vers le centre).
  4. Tout en prenant soin d’ouvrir les boutons de manchettes vers le haut. La manche sera ainsi étalée. Il faudra alors procéder au repassage en passant le fer du col du poignet vers le haut. Il sera ainsi fait pour la seconde face de la manche. Ici, il est recommandé d’insister sur les bords, de bien les ajuster afin que, du repassage, ne résulte point de décalage ou de plis au niveau des aisselles. 
  5. Avant d’entamer l’avant de la chemise, elle doit être posée sur la table de repassage de manière à ce que le col repose sur le fuselage de la table, tandis que la partie avant portant les boutonnières et uniquement elle, sera étalée sur la table. Ainsi aplatie, les boutonnières seront les premières à être repassées. Il s’en suivra le repassage de cette moitié de l’avant. Le même procédé sera reproduit pour la partie portant les poches et boutons. Ici, il faudra faire attention de repasser la poche et ensuite entre les boutons sans brûler ces derniers. Le reste de la partie avant sera alors passé au fer. 
  6. Enfin le repassage proprement dit, sera clôturé par la partie du dos de la chemise. Relativement aisée à défroisser, elle sera posée sur la table de manière à laisser prendre les deux moitiés de l’avant, de chaque côté de ladite table. Le repassage se fera sur les faces intérieures et extérieures en passant le fer du bas vers le haut. 
  7. Après le repassage, la chemise sera placée sur un cintre et accrochée. Elle sera boutonnée du premier bouton du col vers le dernier, avec un saut d’un pas avant chaque boutonnage. Pour éviter la poussière, protéger la chemise après refroidissement, à l’aide d’une housse plastique.

Avec ces quelques astuces, le repassage de la chemise n’aura jamais été aussi impeccable et fun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.